Les points clés du leasing de véhicule utilitaire !

leasing vehicule utilitaire

Lorsqu’une entreprise a besoin d’un véhicule, elle opte généralement pour le leasing. Il s’agit d’un concept de location durable adapté à un usage professionnel représentant une alternative intéressante à l’achat traditionnel. C’est l’option la mieux indiquée si le professionnel n’est pas intéressé par la possession de son utilitaire dans l’immédiat. Avant de souscrire un contrat, il faut connaitre les points clés du leasing de véhicule utilitaire.

Le leasing utilitaire s’adresse uniquement aux professionnels

Le leasing utilitaire est un mode de financement permettant de louer son véhicule utilitaire au lieu de l’acheter, ce qui offre de nombreux avantages au client. Ce type de financement, disponibles sous la forme d’un forfait mensuel s’adresse uniquement aux entreprises. Il n’est pas accessible aux particuliers. Si ces derniers souhaitent faire un leasing de véhicule utilitaire, ils doivent choisir une formule classique de leasing pour particulier. Le leasing utilitaire consiste en une location de véhicule utilitaire pour les entreprises et les commerçants. Il peut être contracté sur une période allant de 12 à 72 mois, avec la possibilité de racheter le véhicule à l’issue du contrat, selon la formule choisie.

Il existe deux formules de leasing utilitaire

Si le professionnel est intéressé par le leasing de véhicule utilitaire, il a le choix entre deux options. La première est la location avec option d’achat (LOA) lui permettant de disposer du véhicule librement dans le cadre de l’exercice de son métier en échange d’un loyer mensuel prédéfini. La LOA a pour particularité d’autoriser le client à racheter le véhicule loué s’il le souhaite à la fin de la location. La seconde option est la location longue durée (LLD). Ce contrat peut inclure différents services dans un seul et même loyer, ce qui en fait la formule idéale pour les entreprises. Le leasing peut prendre en charge l’entretien, l’assurance, l’assistance et éventuellement la borne de recharge.

La carte grise est au nom du loueur

Dans le cadre d’un financement de véhicule utilitaire sous forme de leasing, le client ne devient pas propriétaire de la voiture. Le véritable détenteur du bien est l’organisme de leasing. Ce dernier sera alors le titulaire de la carte grise mais il inscrit son client sur le document au moment de l’immatriculation. L’entreprise devra lui fournir certains documents nécessaires à l’établissement de la carte grise. Si l’entreprise décide de racheter l’utilitaire à la fin de la période de location, il fera établir un nouveau certificat d’immatriculation à son nom.

Maitriser son budget avec des mensualités fixes

L’un des principaux intérêts du leasing d’utilitaire professionnel est que c’est un bon moyen de maitriser son budget. Contrairement à l’achat, la location préserve la trésorerie et la capacité d’endettement de la société. Aucun versement de somme d’argent importante n’est nécessaire à la conclusion du contrat. Et comme le coût de la location est lissé sur toute sa durée, la mensualité ne pèse pas sur le budget de l’entreprise. Le montant du loyer est connu à l’avance et il reste le même jusqu’à la fin du leasing. Le client saura exactement ce que son utilitaire lui coûtera tous les ans.

Des avantages fiscaux avec le leasing utilitaire

La location de véhicule utilitaire offre certains avantages fiscaux au niveau de l’imposition et de la TVA. En tant que charges d’exploitation, les loyers réglés au cours de l’année sont déductibles du bénéfice imposable de la société. Aucun plafond n’est appliqué pour les véhicules utilitaires légers. Le leasing utilitaire ouvre droit à la récupération de la TVA seulement si on utilise un véhicule utilitaire léger dans le cadre de son activité. Dans ce cas, la TVA est récupérable sur les loyers tout au long de la validité du contrat, sur les carburants et les dépenses d’entretien.

Phase finale du leasing utilitaire

Bien que les organismes de leasing ne soient pas regardants à l’égard des utilitaires donnés en location par rapport aux véhicules de tourisme, il faut quand même faire attention à son état. On doit être vigilant pendant la durée du contrat et employer le véhicule en bon père de famille. Si l’utilitaire est particulièrement maltraité, des frais de remise en état peuvent venir alourdir l’addition finale au moment de la restitution du véhicule. Il est également impératif de respecter la limite kilométrique imposée par le contrat si on veut éviter les pénalités financières.